Bilan de notre été

Quelle année, quel été particulier ! En ce dernier vendredi d’été (j’ai jamais considéré que septembre c’était encore l’été) je voulais faire un petit bilan avec toi de ce qui s’est passé –ou non– pour nous depuis juin ! On va se concentrer sur les 3 points que j’aborde ici : l’écologie, Louis et mon ressenti 🙂

Tout d’abord, parlons écologie! Le réchauffement climatique pourrait représenter un article à part entière, tant il a fait chaud! Il y a aussi des informations préoccupantes sur l’état de notre planète… Et puis ce jour du dépassement qu’on vient d’atteindre! Récemment je te disais que la situation nous avait contraint a augmenté nos déchets, c’est en amélioration et j’en suis très contente ! On continue de progresser dans notre démarche et pour toutes nos actions, tous nos projets on s’interroge quasi systématiquement sur l’impact environnemental et ça, c’est un point ultra positif !

Louis a encore bien grandi cet été ! Il gagne en autonomie et c’est parfois déstabilisant, d’autant plus qu’on approche doucement mais sûrement de cette belle période des deux ans, qu’il s’affirme énoooooormément et ça a clairement augmenté le niveau. Là en terme de parentalité on est passé à 2-3 paliers au-dessus! Il commence à chercher à entrer en relation avec les autres enfants (de son âge, ou pas!) même si il reste réservé.

Notre aire de jeu préférée, en pleine forêt 🙂

Enfin, tu l’as peut-être remarqué ici et sur IG, mais personnellement j’ai lutté cet été! J’ai trouvé la période ultra angoissante pour plein de raisons, je me suis remise en questions 1000 fois à peu près! Et en même temps, j’ai trouvé cet été plutôt agréable : on a pris le temps, peu importe ce qu’on avait à faire on le faisait tranquillement! Pour notre équilibre, le fait de ne pas avoir de programme à tenir était vraiment reposant! On a profité du temps qu’on avait pour voir la famille de chéri, qui va déménager à 900km d’ici. On les verra ensuite 2-3 fois par an, comme ma famille. C’est d’ailleurs notre point noir de l’été : on a pas pu les voir comme prévu, on va tout faire pour palier à ça en septembre en fonction du travail de chéri. La plupart de nos projets sont d’ailleurs en attente le temps d’être fixé sur son boulot, le mien également, mais on aura l’occasion d’en reparler !

Racontes moi ton été en commentaires, tu avais plutôt un programme chargé ou tu as passé un été slow? Je reste présente pour discuter ici et sur instagram, mais il n’y aura normalement pas d’article la semaine prochaine, voire la suivante, je te dis donc à bientôt pour un prochain article 😉

Faire de l’argent vert, facilement

Aujourd’hui on se retrouve pour parler d’un sujet auquel on ne pense pas forcément quand on essaye de consommer autrement : l’argent !

Quand j’ai commencé à m’intéresser plus sérieusement au zéro déchet et à ma façon de consommer, j’ai lu le livre de la Famille Zéro Déchet. Hyper accessible, il explique simplement pourquoi remplacer une habitude par une autre. On a essayé de faire attention à chaque catégorie du livre et puis, à la fin, ils abordent la question de la banque.

L’endroit où on place notre argent (même si c’est juste ton salaire tous les mois, ça compte!) est important puisque par divers moyens, il peut servir à financer des entreprises hyper polluantes ou plus vertueuses. Actuellement, certaines banques investissent beaucoup dans des entreprises pétrolières par exemple.

Photo de energepic.com sur Pexels.com

Au départ je trouvais ça contraignant de faire un changement de banque donc je procrastinais. Je me rassurais comme je pouvais en me disant que ma banque actuelle n’était pas « la pire » mais avec le temps, ça me gênait de plus en plus. Quand le sujet de faire un compte commun avec chéri est arrivé dans une discussion, je me suis dit que c’était le bon moment.

Nous avons donc contacté le Crédit coopératif, via le site internet de la banque. Il a fallu imprimer et remplir beaucoup de documents, comme pour toute ouverture de compte tu me diras! Ils ont des agences physiques mais aussi une à distance, celle où nous sommes clients donc. J’aime beaucoup l’investissement de cette banque dans une économie plus locale et solidaire. À l’inscription, on choisit à quelles associations (parmi leurs partenaires) notre argent bénéficiera.

Une fois tous nos prélèvements transférés sur cette banque, puis notre épargne, nous prévoyons de clôturer nos anciens comptes. Nous consommerons donc de façon bien plus vertueuse, sans faire autre chose que nos achats habituels !

Et toi? Prêt.e à changer de banque? On en discute en commentaires si tu veux, et on se dit à très vite pour un prochain article !

Des couches lavables? Beurk !

Aujourd’hui on se retrouve pour inaugurer une mini série d’articles sur un sujet qui allie zéro déchet et parentalité, mais que je n’avais pourtant pas encore abordé sur le blog ! Tu l’as vu dans le titre, nous allons aborder le vaste sujet des couches lavables ! Dans cet article je vais essayer d’être succincte et te dire quand on a commencé avec Louis, et comment on s’y est pris. J’essaye de raccourcir un peu les articles (qui ont tendance à vite être long donc peut-être moins agréable à lire pour toi?)

Enceinte de Louis, j’ai discuté de cette possibilité avec chéri. Il était plus que réticent à l’idée, parce que beaucoup de préjugés sur le sujet. J’en avais un peu aussi, donc je n’ai pas insisté. On a cherché un maximum d’informations pour trouver des couches cleans, on a trouvé une marque qui convenait à Louis (spoiler: les pamproutes de la maternité lui ont fait des irritations de dingue !) mais je gardais cette idée dans la tête. Au bout de 2 mois, on avait trouvé un rythme donc j’ai proposé à chéri d’essayer, même avec une couche par jour, pour voir si ça nous allait. On a donc acheté deux couches sur le site de Lilinappy (petite pépite ce site) et on s’est lancé !

Nos premières couches ont vite été trop serrées pour notre bébé paupiette et on aimait de plus en plus donc on a décidé d’investir un peu plus. On a pris beaucoup de conseils sur un groupe Facebook (qui est maintenant fermé) et on a opté pour les Bambino Mio MioDuo. C’est le modèle qui nous convient mais pour constituer un stock suffisant, nous n’avons pas le budget pour tout prendre chez eux. Nous avons fait le choix –très controversé– d’acheter des Little Bloomz sur Aliexpress pour pouvoir commencer à quasiment 100%! Je n’achèterai plus sur ce site (même si mon budget a encore diminué #congéparental) mais à l’époque ça nous avait bien dépanné.

Notre rangement, perfectible puisque je dois faire du tri là-dedans 🙂

Aujourd’hui, on utilise une couche jetable par jour, le matin au réveil parce qu’on sait que ses selles arrivent après le lever (la plupart du temps, on a quelques ratés !) mais on essaye de la remplacer en utilisant des voiles pour les récupérer. Cependant, Louis commence à s’intéresser au pot donc on va devoir revoir notre organisation. On a un peu de temps pour s’équiper en culottes lavables, pour l’instant il aime s’asseoir dessus mais certainement pas faire dedans 😂

Voilà pour cette petite introduction sur mon pourquoi/comment les couches lavables ! Si le sujet t’intéresse n’hésites pas à me le dire, je prévois de continuer la série avec l’entretien, les avantages, et je peux répondre à toutes tes questions également !

Il paraît qu’un parent doute de tout…

… Tout le temps. Et c’est usant.

En ce moment je suis fatiguée, la reprise du travail de chéri en présentiel n’y est même pas pour grand chose, puisque j’étais déjà fatiguée quand il était en télétravail. Le climat actuel a augmenté mes angoisses, l’insomnie est un peu trop présente actuellement… Et j’ai l’impression de tout faire de travers, et donc forcément je doute, sur tout mais aujourd’hui je vais m’attarder sur ma maternité.

Le doute le plus fréquent pour moi, par rapport à Louis, c’est est-ce qu’on fait les bons choix? par exemple en ce moment je m’interroge beaucoup sur l’instruction en famille, alors même que je suis convaincue que c’est une bonne chose. En ce moment je suis pas persuadée que je lui apprendrai assez, alors même que je ne sais que le bourrage de crâne est inutile… Cette question peut s’appliquer à toutes les décisions qu’on a pris pour lui, depuis le jour où on a appris ma grossesse 🙂 Belle remise en question non?

Je m’interroge également sur mon choix d’être restée avec Louis. Je m’épanouis totalement dans ce que je fais, et en même temps la société me fait bien comprendre que je suis inutile en l’état ah, donc tu restes à la maison bah oui, devant la télé toute la journée, les doigts de pieds en éventail et le bébé qui se débrouille tout seul pour s’occuper. Résultat je me mets une certaine pression à être productive autrement qu’en m’occupant de Louis.

Enfin, le doute qui me fait le plus mal, c’est celui que j’ai concernant l’allaitement. J’adore la proximité que j’ai avec Louis, on s’est battu pour réussir cet allaitement, je visais le sevrage naturel… et pourtant en ce moment j’ai presque envie d’arrêter, en pleine semaine mondiale de l’allaitement maternelle, quel timing… Certaines tétées deviennent un calvaire psychologiquement tant j’ai envie de le repousser du début à la fin. Et pourtant certaines fois ça a sauvé la situation de pouvoir l’apaiser en lui proposant le sein… Eh bah! il était temps Peut-être, mais je n’ai pas envie d’arrêter de cette manière là, en restant sur une mauvaise impression. Ca se trouve, ce sera mon seul allaitement, alors je voudrais que son bilan soit positif. On pourrait en parler de ça aussi, cette mini envie d’avoir un deuxième enfant qui me traverse parfois, et en même temps je refuse d’entendre tous les tu vois on l’avait dit que t’en ferais un deuxième, en plus ça tombe bien pour enchaîner les congés maternités hein

Je crois que mes angoisses + les discours des gens commencent à me peser, je vais avoir besoin d’une coupure moi ! Comme je préfère toujours les vacances hors périodes scolaires, il y a des chances que je saute un ou deux articles pendant le mois de septembre, sauf si j’arrive à me motiver et anticiper assez mes articles !

Tu as aussi des périodes où tu doutes de tout? Si tu as des astuces pour sortir de ça, je lirai attentivement ton commentaire ! Je te dis à très vite pour un prochain article !

On a réaugmenté nos déchets?!

En début de semaine, sur ma page Instagram, j’ai partagé mon organisation pour faire les courses (tu peux toujours aller voir ça en story à la une si tu l’as raté !) En la préparant et en la postant, je me suis rendue compte que depuis le confinement, elle avait quand même beaucoup changé par rapport à avant, et pas dans le meilleur sens selon moi. Je voulais donc revenir dessus aujourd’hui.

Pendant le confinement, entre pénuries et envie de rester loin des autres, on a privilégié le drive. Depuis mai je retourne dans ma biocoop comme avant, et pourtant je n’ai pas totalement délaissé le drive. Pourquoi? Pour deux raisons assez différentes et en même temps assez simples.

Premièrement, le gain de temps et d’énergie n’est pas peu important ! C’est en effet plus rapide de récupérer un drive déjà prêt, en passant moins de 20mn pour le préparer la veille. Au delà du gain de temps, je trouve cela moins stressant. Je trouve l’ambiance assez angoissante depuis la fin du confinement. On oscille entre périodes où tout le monde s’en fou et fait comme si de rien n’était, informations anxiogènes sur l’augmentation du nombre de cas, port du masque obligatoire, suspicion de cas dans notre famille… Tout cela me fait éviter la foule, donc les magasins. Je rentre dans la biocoop en optimisant mes déplacements et mes actions. Je fais le même parcours que je connais par coeur, et je passe moins de 30mn en magasin, passage en caisse compris.

Enfin, argument non négligeable pour beaucoup, c’est plus économique. On ne va pas se mentir, et je ne l’ai jamais nié, tout acheter à la biocoop est plus cher. La qualité est là, mais ce n’était plus possible, au moins provisoirement. En effet, on a été touché comme tout le monde par les conséquences du confinement sur l’économie. Chéri va changer de boulot prochainement, donc on essaye d’anticiper en optimisant notre budget, pour mettre un peu plus d’argent de côté. Certains projets que l’on a depuis quelques temps sont également perturbés par la situation actuelle, notre priorité est donc d’avoir des finances saines. Je peux t’en reparler dans un prochain article si tu es intéressé.e par notre façon de faire un budget. On est en ce moment à environ 60% de nos courses faites en biocoop (sans le vrac, puisque jusqu’à récemment les contenants personnels étaient interdits), et pour le reste on continue de faire un drive hebdomadaire, qu’on diminue petit à petit en réaugmentant notre pourcentage de biocoop, le tout en étant attentif aux prix.

Pour autant, je ne suis pas défaitiste par rapport à la situation actuelle. Notre quantité d’emballage va rediminuer petit à petit puisque :

  1. On recommence doucement à utiliser le vrac : nos contenants commencent à être acceptés, donc on reprend petit à petit nos bonnes habitudes.
  2. Notre situation va se stabiliser : une fois que l’on sera fixé sur l’aspect travail, on pourra desserrer légèrement la ceinture (qui est tout de même assez lâche on va pas se mentir, pas encore de pâtes à l’eau à la maison 🤣 )
  3. Notre retour en arrière ne concerne que la partie alimentation, pour tout le reste nous n’avons pas changé nos engagements. Nous ne repartons donc pas de zéro 🙂

Chez toi aussi le confinement a modifié tes habitudes d’achat jusqu’à aujourd’hui? J’ai hâte de lire ton expérience en commentaire et si tu as des conseils à me donner pour reprendre un bon rythme, n’hésites pas! En attendant je te dis à très vite pour un prochain article !