Mes deux premiers gestes zéro déchet

Souvent, quand on discute réduction des déchets avec des amis, ou sur Instagram, rapidement on en vient à discuter astuces, petites choses à mettre en place. Parfois on me donne une idée et je me dis « Mais ouais! Pourquoi j’y ai pas pensé? Faut trop qu’on essaye » et j’embarque chéri qui me suit même dans mes essais (même les plus pourris, qu’on se le dise.)
En préparant mes idées d’articles, je me suis dis qu’avant de parler astuces poussées, de débattre de nos limites etc. Il pouvait être intéressant de te partager les deux choses les plus simples que j’ai mis en place depuis bien longtemps, avant même d’entrer dans une démarche de réduction des déchets !

Depuis littéralement des années, je n’achète plus de bouteille d’eau. Ca peut paraitre rien, et si tu es dans la même démarche que moi c’est peut-être déjà fait depuis longtemps pour toi aussi. En réalité, beaucoup trop de gens achètent encore des bouteilles plastiques, souvent pour une question de goût. A Rouen je buvais l’eau du robinet (flemme de ramener des packs d’eau à pieds depuis le magasin!) et j’ai continué en arrivant ici. Le goût me dérangeait énormément ici, et ma soeur nous a offert une carafe filtrante, ce qui solutionne le problème! Entre les carafes, le charbon et les perles de céramiques, il existe plusieurs choses à essayer qui peuvent faire économiser énormément, dans ton porte monnaie ET dans ta poubelle !

Cruche D'Eau, Boire, Rafraîchissement, Claire
Image trouvée sur Pixabay*

La deuxième chose que j’ai mis en place pendant mes années à Rouen, c’est d’aller faire mes courses avec mes sacs. Souvent j’oubliais, ou alors je ne prévoyais pas de faire mes courses donc j’arrivais et « Mince! J’ai pas pris mon sac » Résultat, je te le donne en mille: j’ai un sac à sacs qui étaient énooooorme. Il est toujours gros, mais il ne grossit plus (chanceux ce sac!) et même il réduit puisque je les utilise pour mes envois sur Vinted ! J’ai donc commencé à ramener un sac pour faire mes courses. Quand je me suis installée ici, avec chéri on a vu des sacs à vrac près des légumes. On a trouvé ça pas bête donc on en a pris 3. Aujourd’hui, on en a un peu plus et on les utilise à chaque fois, on emmène aussi des tup‘ et une boîte à oeufs. En fait, c’est des automatismes qu’il a fallu que je mette en place pour ce point, aujourd’hui je ne pars jamais faire les courses sans mon petit équipement.

5 sacs réutilisables fruits et légumes Ah Table !
Nos sacs à vrac shoppés sur ce site que j’adore

J’espère que ces deux astuces de base te serviront! Si tu es nouvellement intéressé.e par la réduction des déchets, ce sont des petites choses qui ne te coûtent rien sauf si tu veux t’équiper un peu, mais qui font tout de même une belle différence à la fin de l’année ! Notre transition vers le réutilisable nous permet de réduire nos déchets, mais également de faire de belles économies, toujours bonnes à prendre! Je te dis à très vite pour un prochain article!

Tirer le positif du confinement

A l’heure où j’écris cet article, le déconfinement approche. Les modalités sont floues, chéri continue quelques semaines le télétravail, de notre côté on va limiter les sorties avec Louis au parc le plus proche si pas trop d’enfants, ou à défaut à la forêt. En voyant les contraintes qui s’accumulent, moi et ma nature pessimiste on s’est demandé si on pouvait tirer du positif de ce confinement. Spoiler alert : c’est un grand oui !

Tout d’abord, d’un point de vue personnel. Comme beaucoup de monde et peut être comme toi, j’ai trouvé cette période hyper difficile à gérer. Sur le plan émotionnel j’ai été mise à rude épreuve. Gérer un bambin qui ne peut plus sortir, ça met ta patience à rude épreuve je t’assure! C’est justement sur ça où je me suis améliorée: j’identifie beaucoup mieux mes limites, et je passe le relai à son super papa quand j’ai besoin. Je t’en parlerai un peu plus dans un prochain article, mais je pense (du moins j’espère) que je sortirai de ce confinement en étant plus bienveillante et respectueuse du rythme de Louis. J’ai aussi trouvé un passe temps qui me fait du bien, et sans écran! Chéri m’a ramené un cahier de mandalas quand il est allé faire des courses, et j’adhère bien! Le cahier va me durer 1000 ans puisque je ne l’utilise pas très longtemps à chaque fois.

D’un point de vue familial aussi. Je trouve que notre dynamique à tous les trois a bien évolué. Louis s’est fortement rapproché de son père (plus que c’était déjà le cas, c’est fou), il a grandi de plusieurs mois en quelques semaines à peine! On a passé beaucoup plus de temps tous les trois, puisque chéri était à la maison à plein temps (même si sur ses heures de boulot il était moins dispo, physiquement il était là) et on a fait des appels visio avec ma famille de façon régulière, si bien qu’il interagit beaucoup plus avec eux qu’auparavant.

Enfin, je pense que c’est indéniable que cette pause a fait du bien à la planète! Objectivement, je suis très naïve d’espérer que ce soit l’occasion de changer notre façon de consommer de manière globale et durable, mais j’y crois. Au niveau individuel quelques prises de conscience peuvent avoir lieu et quelques actions qui vont dans le bon sens ont été mises en place comme l’achat auprès de producteurs locaux par exemple. Si tout cela se pérennise, un impact sur le long terme est toujours possible, espérons. A notre niveau, nous sommes toujours aussi convaincu que le chemin qu’on a emprunté est le bon. Les contraintes pour se déplacer ont engendré quelques difficultés d’un point de vue organisationnel mais notre motivation est toujours là.

Quel est ton bilan de ce confinement? Est-ce que tu réussis à en tirer du positif? J’espère te retrouver en commentaire et je te dis à très vite pour un prochain article !

Réduire les déchets avec des animaux

En analysant le contenu de nos poubelles (je m’imagine bien avec la loupe et tout tsais!), je trouve qu’une trop grosse partie de nos déchets concerne nos animaux. Je t’ai peut-être déjà un peu parlé d’eux, à la maison nous avons Leïa, notre chienne de 5 ans, et Luke, un chat qui a 2 mois de plus que Louis. On a beau faire attention, les achats qu’on fait pour eux sont difficiles à faire sans emballage!

Tout d’abord, l’achat le plus fréquent pour eux concerne leur alimentation. Leïa a un abonnement Japhy depuis 2-3 ans, toutes les croquettes que j’ai essayé avant ne lui convenait pas donc on ne change pas pour l’instant. On réutilise le carton de livraison pour stocker/envoyer un colis/mettre nos objets à donner, et le sachet qui contient les croquettes nous sert ensuite de poubelle! J’achète les croquettes de Luke en supermarché, elles ne sont pas géniales niveau compo etc, on prévoit de changer pour celles en vrac de la biocoop mais il faut faire une transition donc c’est en cours de changement. En attendant, le paquet est aussi réutilisé en poubelle pour les épluchures et autres déchets dans la cuisine (rappelle toi que nous ne compostons pas encore à la maison!)

Le deuxième achat le plus fréquent concerne leurs besoins. Luke a une caisse à litière en plastique achetée neuve quand nous l’avons récupéré (je te raconterai son histoire dans un article, mais nous n’avons pas eu le temps de regarder d’occasion) et pour la litière, Carrefour a mis en place une litière en vrac! Nous avons acheté le seau en plastique (pas de contenant personnel autorisé) la première fois, et depuis nous rechargeons le même seau. C’est pour l’instant la meilleure alternative que nous avons trouvé. Pour Leïa, nous utilisé un petit sac par jour et je ne trouve pas de façon pratique de les remplacer pour l’instant. Il n’y a qu’une poubelle touuuut au bout de la rue pour jeter, donc prendre une serviette en papier ou autre est trop contraignant… Si on a un jardin dans notre prochaine maison, on aura la solution! En attendant si tu as une idée je serais ravie de l’essayer!

Ils ont quelques jouets (bien plus que nécessaire) mais on n’en achète plus depuis des mois/années! Leïa a eu tellement de jouets que je les fais tourner régulièrement, comme ça elle joue sans se lasser. J’en ai mis de côté une grosse moitié que je dois déposer au refuge près de chez nous. Luke ne joue pas beaucoup avec ses jouets, il a les mêmes depuis son arrivée chez nous, il utilise beaucoup son arbre à chat pour lequel on prévoit de changer juste la corde quand il faudra la remplacer!
Ils se partagent deux paniers que j’ai depuis au moins 5 ans, mais je ne vais pas te mentir, ils passent leur temps ailleurs que dans les paniers! On les garde pour l’instant, mais un jour où je voudrais désencombrer, ils risquent de partir !

Enfin, je voulais te parler rapidement de leur santé. En effet, comme pour nous, cela génère un certain nombre de déchets. Les vaccins annuels qui ne finissent pas dans notre poubelle personnelle, mais quand même. Comme pour notre santé à nous, je ne cherche pas à réduire sur ce plan là, les vaccins sont nécessaires donc on les fait. Pour ce qui concerne le vermifuge et anti puce que je leur donne plusieurs fois par an, je n’ai pas d’alternative naturelle efficace pour l’instant donc je prends ceux du vétérinaire, mais je réutilise le carton avec la posologie indiquée, ce que la vétérinaire accepte sans problème.

Si tu as des alternatives et astuces à partager pour réduire les déchets des animaux, s’il te plaît fais le en commentaire! J’espère que cet article t’a plu et je te dis à très vite pour le prochain!

Zéro déchet, impossible ?

Comme tu le sais, à la maison nous essayons de réduire nos déchets. C’est un sujet que j’aborde régulièrement sur le blog, je t’ai déjà dit que nous sommes plutôt des débutants dans la démarche, mais nous progressons à notre rythme. Petit à petit le volume de nos poubelles diminuent, même si pour l’instant on termine beaucoup d’anciens produits donc les emballages finissent dedans… Cependant je trouvais intéressant de te faire une liste de choses sur lesquelles nous ne sommes pas prêts à passer au zéro déchet, pour diverses raisons !

C’est parti on commence tout de suite avec le plus gros frein actuellement à la maison : le PQ lavable ! Nous n’avons fait aucun stock particulier de papier toilettes avant le confinement, pour autant nous n’avons pas terminé notre paquet qui dure des mois. Par contre, on arrive à l’avant dernier rouleau. J’ai donc évoqué doucement le sujet avec chéri. Après tout, on utilise des couches lavables et lingettes réutilisables pour Louis, pourquoi pas pour nous? Clairement, pour lui c’est un non pour l’instant. Il trouve ça sale, je trouve que ça ne peut pas être pire que les lingettes qu’on utilise pour les fesses de Louis… Bon, on retarde pour l’instant, on utilise du papier recyclé et non traité qu’on achète à la Biocoop et je vais essayer de convaincre chéri… Si le confinement dure, je vais peut être réussir à lui faire accepter l’idée d’un essai 😬 (je sais que tu vas lire ça et me faire tes yeux genre « pff, jamais » mais je suis tenace!)

Le deuxième point qui bloque un peu pour nous, pas par manque d’envie mais par rapport à notre habitation, c’est le compost. On a tous les deux envies d’en faire un, je déteste voir toutes les épluchures qu’on jette. Nous habitons en appartement, en étage et en ville. Je connais la solution du lombricompostage, mais on sait très bien que Louis ira mettre les mains dedans, et je n’ai pas envie d’avoir un tas de ver de terre étalé sur la terrasse ou pire, dans l’appart! (Je n’aime pas trop les insectes et autres petites bestioles, ou de loin en tout cas) Donc ça nous freine un peu beaucoup. Je me suis renseignée pour les composteurs collectifs, même si chéri n’aime pas trop l’idée d’emmener son seau 😄 Dans notre ville, il n’y en a presque pas, et il y a une liste d’attente pour pouvoir y accéder. J’avais trouvé une carte interactive sur internet (je ne sais plus le nom du site, mais tapes carte composteur collectif sur ton outil de recherche – lilo) mais il proposait principalement des composteurs installés dans des résidences privées… Je ne peux pas me faufiler sur un terrain privé pour vider mon seau, ça le fait moyen! Le syndic de notre immeuble acceptera probablement jamais d’en installer un… Donc pour le moment on est coincé. On pense/espère déménager prochainement, et on aura un espace pour faire un compost à ce moment là !

Enfin, je voulais te parler d’un autre aspect du zéro déchet qui est mis à mal pendant le confinement, en tout cas pour nous. Il s’agit du vrac. Habituellement on passe la moitié de notre temps de courses au rayon vrac de la Biocoop, on prévoit les contenants nécessaires et tout roule! Depuis que nos déplacements sont limités, on n’ose pas aller jusqu’à notre magasin habituel, et on se rabat sur l’hypermarché à 5mn de marche mais temple du suremballage… Et leur –petit– rayon vrac n’accepte plus les contenants des clients en ce moment. J’attends de voir comment les choses évoluent mais je pense qu’on ira à la Biocoop pour notre prochain plein de courses. Surtout que Carreprout s’enflamme niveau prix et qu’on paye plus cher qu’en faisant nos courses 100% bio habituelles…

Rencontres-tu des difficultés dans ta transition vers moins de déchet? D’ailleurs, essayes-tu de les réduire? J’espère avoir ton retour et je te dis à très vite pour un prochain article!

Des bisous,

Elodie.

Un esprit sain dans un appart vide?

A l’évidence, il ne se passe jamais une année sans qu’il se passe quelque chose d’important avec chéri. Rencontre, déménagement, bébé etc. Cette année, il devrait encore se passer quelque chose d’assez cool, que je ne peux pas partager pour l’instant. Mais en prévision de tout ça, nous avons besoin de faire de la place chez nous, un énorme tri est donc en cours. Depuis des mois j’ai l’impression de trier en permanence en réalité. Je crois que j’ai tendance à juste déplacer le problème du coup je n’avance pas. Pendant des semaines j’ai fait énormément de place dans notre appartement qui est relativement rangé (même si il reste BEAUCOUP à faire) … au détriment de la cave, où j’ai entreposé tout ce que j’enlevais du salon. Je voulais donc te partager ma méthode -pas parfaite- pour parvenir à mes fins!

Désencombrer:
Depuis des années j’ai le livre de Marie Kondo. J’adore cette méthode et j’ai englouti le livre et la série… Pourtant, ce n’est pas le plus efficace me concernant. J’ai beaucoup de mal à attraper mon gilet et ressentir de la joie, pourtant je n’ai pas envie de m’en débarrasser… Je sors donc toute une catégorie d’objets comme elle, mais je fonctionne avec plusieurs piles : ce que je garde (que je range immédiatement après avoir fini le tri), ce que je ne veux plus que je sépare en don et vente, et ce qui me fait douter que je mets dans un endroit dédié pendant un certain temps. Je reviens à ma catégorie « doute » régulièrement et me décide quand je suis prête.

  • Les ventes:
    J’utilise Le Bon Coin et Vinted pour la plupart des choses que je vends, j’en parle aussi autour de moi et si quelqu’un est intéressé je lui vends directement. Je préfère vendre près de chez moi mais Vinted est vraiment très pratique donc je répartis entre les deux.
  • Les dons :
    Je les sépare en deux catégories : je donne certains produits en priorité à nos proches notamment les cosmétiques. Je mets tout le reste sur Geev pendant environ 1 mois/1 mois et demi et si ça ne part pas, je dépose tout à Emmaüs, et les objets pour animaux au refuge proche de chez nous. Je fonctionne ainsi pour plusieurs raisons: c’est un énorme gain de temps puisque les gens viennent directement chez moi sur des plages horaires où je suis disponible. On crée aussi du lien car chez nous, l’application est assez active avec régulièrement les mêmes personnes qui reviennent. Enfin, Emmaüs est assez éloigné de chez nous donc je fais le trajet ponctuellement, c’est donc plus simple de ne pas être trop chargée !

Rangement:
La partie la plus compliquée chez nous! Petit à petit, en même temps que je me sépare d’objets superflus, j’essaye d’organiser l’espace et de toujours ranger les choses au même endroit, ce qui n’est pas simple avec un bébé et un chéri qui ne s’organise pas comme moi😂 Concrètement, je ne pourrais développer cette partie qu’une fois le désencombrement terminé, ou en tout cas beaucoup plus avancé qu’aujourd’hui! Pour un prochain épisode, donc 😉

Comment je me sens:
J’avais envie de terminer sur mon ressenti et te dire mon avis sur tout ce processus parce qu’avant de commencer j’avais de grosses réserves sur l’argument « tu te sentiras mieux en désencombrant! » J’ai toujours trouvé qu’avoir une pièce rangée me faisait me sentir mieux, mais quand même! Comme si me débarrasser de mes affaires pouvait m’aider! En réalité je mettais des souvenirs sur n’importe quel objet. « Ce débardeur je l’ai acheté à tel endroit avec telle personne, la belle époque hein! » Mais ce débardeur je ne l’ai pas mis depuis 10 ans et il ne me va évidemment plus. Alors pourquoi le garder? Au début, j’avais beaucoup de mal à me débarrasser du moindre objet. Ma pile de « peut-être » était 3x trop importante. Et puis j’ai commencé à organiser mon tri, me donner du temps pour le faire. Et c’était parti. Je donne de plus en plus facilement, j’apprécie de pouvoir donner une seconde vie à ce que je n’utilise plus. J’ai quand même quelques catégories qui s’annoncent plus compliqué, mais j’y arriverai quand je serai prête. Je trouve toujours qu’une pièce rangée me fait me sentir mieux, la seule différence c’est qu’en donnant des objets qui trainent dans mes placards, ce rangement est plus rapide et plus simple!

Sur ces bonnes paroles, j’espère avoir tes retours. Prévois-tu de trier tes affaires prochainement? Tu le fais déjà? Je t’écoute et te dis à très vite!

Des bisous,

Elodie.