Florence faux Rösti!

Sur cette blague pourrie, je voulais te partager notre trouvaille du week-end avec chéri ! Au départ je cuisinais autre chose et je me suis rendue compte que je m’étais plantée sur la cuisson de la butternut ! Ni une ni deux j’improvise autre chose ..

Pour une vingtaine de rösti il te faudra donc:

  • Une butternut
  • 3 œufs 🍳
  • 240g de farine (on a utilisé du blé, désolée Sarra!) 🌾
  • 2 cuillères à soupe de ciboulette ciselée 🌱
  • Sel, poivre

Tu peux commencer par cuire la butternut épluchée et coupée en cubes (on dit la ou le?) à la vapeur, ici on utilise la cuisson sous pression du Cookeo pendant 10mn. Une fois que c’est fait il faut la/le réduire en purée, assaisonner et ajouter la ciboulette !

On a ensuite ajouté les œufs et la farine pour obtenir une texture qui se tient à la cuisson. Pendant ce temps mets aussi 2 cuillères à soupe d’huile d’olive à chauffer dans une poêle (ou deux poêles pour aller plus vite 😅) Il ne te reste plus qu’à faire des galettes et les laisser colorer 2-3mn de chaque côté !

J’ai tout congelé parce que clairement on ne mangerait pas tout en une semaine, et ça nous permettra de les sortir en fonction de nos besoins/menus de la semaine. Tu peux ensuite les manger seuls ou ajouter un rösti à ton burger par exemple ! Encore une fois une recette rapide et efficace, tout ce que j’aime 😂

Je te souhaite un bon appétit et te dis à très vite !

Des bisous,

Élodie.

Dentifrice – Dis Cheeeeeeese 😬

Quand nous avons commencé à réduire nos déchets, on s’est rapidement penché sur la salle de bain, ça nous semblait simple. Pourtant, l’emballage plastique le plus récurrent dans nos courses c’est celui du dentifrice. On a donc cherché des solutions, d’abord en essayant le dentifrice en poudre, que nous n’aimons pas… Le bloc de savon de Marseille me tente mais chéri ne veut pas… J’ai donc fouillé, fait des essais, et finalement trouvé Notre recette de dentifrice maison. J’utilise des ingrédients simples, en 2mn c’est fait et le pot dure un petit moment!

Pour environ 60-70g de dentifrice il te faut donc:

  • 2 cuillères à soupe d’argile blanche
  • 2 cuillères à soupe de blanc de Meudon
  • 1 pincée de bicarbonate de soude
  • 1 cuillère à café de glycérine végétale
  • 2 cuillères à soupe d’hydrolat de rose 🌹
  • 20 gouttes d’extrait naturel de framboise
  • 3 gouttes d’huile essentielle de citron 🍋

Finis les pannes de dentifrice depuis qu’on a improvisé cette recette qui fonctionne! Et le coût est moindre comparé aux dentifrices que je trouve en magasin bio… Chéri n’utilise plus que cette recette. Perso, j’ai encore un peu de mal à trouver « ma » recette, j’ai des gencives hyper-sensibles je crois ^^. Donc j’achète toujours un tube pour moi. Pour Louis, pour l’instant on utilise aucun dentifrice, on a introduit la brosse à dent début janvier, il adore ça! L’action mécanique et les propriétés antibactériennes du lait maternel sont pour l’instant suffisants d’après notre dentiste, qui nous a conseillé pour lui 🙂

J’espère que cet article t’a plu! Est-ce que tu fais ton dentifrice toi-même? Peut-être d’autres cosmétiques? Si jamais tu essayes cette recette, donnes-moi ton avis en commentaires! A très vite!

Des bisous,

Elodie.

Shortbread de Noël

Mon beau sapin, roi de la cuisine! 🎶

Eh oui, en ce dernier vendredi avant Noël on va parler bouffe, petite tradition personnelle et petite bombe de gluten à l’opposé de ce que tu peux trouver sur le blog de Sarra! En effet, tous les ans depuis que j’habite seule (est-ce que je le faisais chez mes parents? 🤔) à l’approche des fêtes je fais –beaucoup– de sablés! Cette année je n’ai pas dérogé à cette petite tradition sauf que Louis a participé et a un peu pétri la pâte (il a surtout attrapé des morceaux pour les manger avant cuisson 😅) Je n’ai pas de photos de la préparation parce que honnêtement, c’était un peu chaud de l’empêcher de manger la plaquette de beurre, éloigner au plus loin la farine et pétrir en même temps 🙂

Je ne vais pas traîner pendant des heures, ma recette en 3-4 ingrédients ci-dessous:

  • 300g de farine : ici je fais 100g de farine de seigle et 200g de farine de blé T65
  • 200g de beurre doux : je remplace souvent par de la margarine, dans ce cas je baisse un peu la quantité
  • 100g de sucre : pas de sucre raffiné à la maison, j’utilise du sucre de coco
  • Pour un petit twist, tu peux rajouter une cuillère à café de cannelle, etc. 🙂

Et c’est tout! Il suffit ensuite de tout pétrir jusqu’à obtenir une boule homogène, pendant 5mn tu vas avoir l’impression que ça manque de beurre mais c’est normal! Ensuite il faut laisser reposer la pâte 15mn minimum (le temps de nettoyer la cuisine et le bébé, perso!) Après ça tu étales un peu épais (c’est meilleur et le sablé s’effrite beaucoup moins) et découpes à l’emporte pièce. Sans oublier de préchauffer ton four à 170°C en même temps que tu découpes 🙂 Une fois découpés et posés sur une plaque de cuisson (on a presque fini le papier alu à la maison, juste la plaque beurrée ça fait le job), tu peux les mettre 15-20mn au four. A la sortie si ils sont encore un peu mous mais bien dorés, c’est parfait 👌🏻

J’avais envie de les décorer un peu donc j’ai fait fondre du chocolat noir au bain-marie et je me suis amusée, comme tu peux le voir 🙂 Ce que j’aime avec cette recette c’est que la base est hyper simple et rapide à faire, mais les déclinaisons sont infinies!

Les sablés de Noël, tu aimes ? Si jamais tu reproduis cette recette n’hésites pas à partager le résultat ! Je file en manger quelques uns et te souhaite de passer de bonnes fêtes de fin d’année! On se dit à très vite 🙂

Des bisous,

Elodie.

Le batch… quoi?

A la maison, nous aimons tous les deux cuisiner. En fait, on se partage la cuisine de façon assez équitable (la plupart du temps 😅). En ce qui me concerne, j’aime cuisiner quand j’ai le temps, dans l’urgence ça me soule je fais au plus simple ou alors je propose un repas à/de l’extérieur… Pas du tout économique, évidemment. Depuis que notre fils est né, je trouve difficilement le temps dans la matinée de préparer pour le midi. De plus, comme je suis en congé parental, l’aspect économique ne peut pas non plus être négligé.

Nous faisons attention à ce que nous consommons, en essayant de varier et de manger sain. Mais au quotidien, cuisiner frais, sain, équilibré, etc. est chronophage. Nous voulons passez du temps avec notre bébé avant tout, pas passer une heure en cuisine pour chaque repas. L’idée du batchcooking, que j’ai découvert sur Instagram, m’a donc plu. J’ai expliqué à chéri le concept; 2h en cuisine le week-end pour 5 repas rapides à assembler chaque soir de la semaine, et nous nous sommes lancés. Avec l’idée de ne pas systématiquement utiliser les menus pour nos repas du soir mais pour le déjeuner, puisque nous mangeons ensemble mais sur un laps de temps assez court.

Mes premiers pas en batchcooking Veggie, Editions Marabout

Nous avons donc démarré la semaine dernière et comment te dire… C’était fastidieux! Nous avons décidé de faire ça un soir, après le coucher du bébé. Quelle erreur… Déjà ce soir là il a décidé de rester éveillé au maximum, et s’est finalement endormi à 22h. Il fallait ensuite qu’on mange, cuisiner le ventre vide c’est pas une idée qui m’enchante. J’avais un peu commencé à laver les légumes et les détailler pendant que chéri s’occupait de bébé. Nous avons donc commencé sérieusement à nous y mettre à 22h30 en se répartissant les tâches.
Première difficulté: il faut être équipé. On a anticipé pour les bocaux grâce au bon coin et à Ikea (j’avoue tout, les bocaux avec des grosses contenances je n’en trouvais pas d’occasion, et la patience et moi…) Mais il faut également beaucoup de bol/saladiers pendant qu’on prépare…. Notre lave vaisselle est presque plein ce soir là. Bon, on s’organise, nettoie au fur et à mesure. Il est également demandé de lancer plusieurs cuissons à la fois, mais nous n’avons que deux feux disponibles sur nos plaques, ce qui va nous faire perdre énormément de temps!
On a l’impression de travailler vite, d’enchaîner chaque étape. Vers 0h30, j’envoie chéri se coucher, il travaille le lendemain et il n’y a plus que des cuissons/mises en bocal à faire. Je m’occupe de nettoyer un peu la cuisine dès que les dernières étapes se terminent, je regarde une série, je remplis ma to-do-list et je patiente. Fin des cuissons à 2h du matin, soit 3h30 de préparation. Au lieu de 2. Je suis épuisée et me rends compte que ce n’est pas fini: il faut que toutes mes préparations chaudes refroidissent pour être mises au frais, surtout pour celles qui vont au congélateur: hors de question de perdre mon stock de lait maternel alors que le lactarium passe dans trois semaines. J’attends un peu et puis finalement je capitule. Je note sur chaque boîte sa destination (frigo ou congélateur) et pars me coucher en expliquant vite fait à un chéri semi-réveillé mes péripéties. Et je m’endors rapidement avant la prochaine tétée…

« Et maintenant? Est-ce que c’est bon? » tu me diras. Eh bien franchement, oui. Chaque jour, chéri s’est attelé à la préparation en moins de 20mn (et là les délais ont été tenus, ouf!) de nos plats. Les portions sont prévues pour 4, nous sommes 2 et demi. Notre fils est en DME donc il mange comme/presque autant que nous. Nous n’avions pas salé les préparations exprès pour lui. En début de semaine, nous finissons tout le soir même en étant repus. C’est évidemment trop pour 2 mais comme c’est bon, on finit 🤪 Par contre, selon les soirs, je pense que pour 4 personnes ce serait juste, si les 4 personnes sont de bons mangeurs. Si jamais tu essayes à la maison, adaptes les quantités aux personnes autour de ta table ! Par exemple, pour le dahl, nous avions assez pour faire deux repas à nous 3.

Au final, je suis plutôt satisfaite. Il va falloir qu’on s’ajuste sur les préparatifs et qu’on essaie de faire ça à un autre moment de la journée, EN journée d’ailleurs. Et peut-être qu’on s’organise plus en amont pour voir comment se répartir les tâches/prioriser. Mais le goût est là, on mange vraiment bien et à notre faim. L’idée est également de garder le surplus chaque soir pour le lendemain midi, il faut donc qu’on adapte les quantités et qu’on mange à notre faim, pas plus…

Tu connaissais le batchcooking? Le principe te tentes ou tu préfères cuisiner chaque jour? J’attends tes retours en commentaires et je te dis à très vite!

Des bisous,

Elodie.

Sur sa peau

Lorsque j’ai appris que j’étais enceinte, nous avons oh surprise préparé la naissance de notre bébé à venir réunissant tout le nécessaire. Evidemment, à un moment donné, les produits d’hygiène étaient à rayer de notre liste… Nous n’étions pas dans une logique de réduction des déchets à ce moment-là de notre vie et donc nous avons choisi des produits dont la compo nous satisfaisait. Nous avions donc opté pour le liniment et la savon Cattier, nous ne voulions pas multiplier les produits sur sa peau. L’odeur de bébé étant la meilleure du monde, pas de besoin de le parfumer ! A la maternité, nous avons eu une crème pour le change Mustela offerte dans la petite valise La Boîte Rose, qui nous a servi en période de poussées dentaires #fessesrouges. Meilleur hashtag du monde n’est-ce pas? En arrivant à bout de nos produits, et notre démarche de réduction des déchets entamée, nous nous sommes interrogés sur les alternatives possibles. Tu l’auras deviné, j’ai évoqué cette idée d’article vendredi dernier, le premier article de cette catégorie recette est donc… sur mes recettes de produits d’hygiène pour bébé (adios la popote!)

Je tiens à préciser avant de commencer que notre fils, heureusement pour lui et un peu pour nous, n’a pas la peau sensible. Bon on ne lui met pas tout et n’importe quoi dessus pour autant, mais il ne réagit pas à tout comme certains bébés.

Le savon que nous utilisons est pour l’instant… Toujours celui de chez Cattier. Nous avions acheté un grand format et il faut un siècle pour le terminer… Il nous convient très bien et on s’en sert également pour le shampoing. Lorsqu’il sera terminé, des savons à base de lait maternel, huile de coco et savon d’alep sont prêts pour prendre le relai. Je n’ai pas encore réfléchi à un shampoing pour lui, mais il existe assez de shampoing solide pour que je trouve notre bonheur…

Les savons à base de lait maternel, avant séchage 🙂

Ensuite nous avons remplacé, toujours de chez Cattier, le liniment. Nous l’avons rapidement fait nous-mêmes, vu la complexité de la recette nous n’avions aucune excuse pour continuer à l’acheter en magasin…
Pour (presque) remplir un flacon pompe de 250ml qui dure environ un mois il te faut : 100ml d’eau de chaux, 100ml d’huile d’olive et entre 5 et 10g de cire d’abeille. Je fais d’abord chauffer 50ml d’huile d’olive, à feu doux, et je fais fondre la cire d’abeille dedans. La dose de cire d’abeille dépend de la texture souhaitée, plus on en met, plus ce sera épais. J’aime cette texture un peu crème donc j’en mets 10g personnellement. Pendant que l’huile et la cire chauffe, je mélange l’eau de chaux et l’huile d’olive restante ensemble dans un bol, au fouet. Dès que la cire d’abeille est fondue, je coupe le feu et je rajoute le contenu de ma poêle au reste de la préparation. Je mélange bien et voilà. Plus qu’à mettre le tout dans un flacon pompe propre.
Je préfère le flacon pompe, bien plus pratique pendant un change parfois sportif avec un bébé qui bouge 🙂 Je dois t’avouer que récemment, j’en fais beaucoup moins. Déjà, j’ai retrouvé un flacon de liniment acheté il y a quelques temps que j’ai voulu terminer. Et depuis quelques temps, je n’en mets pas à chaque change, loin de là. C’est en fonction de l’état des fesses de mon bébé.

Bonjour le linge étendu à l’arrière plan 🙂

Pour le reste, nous n’avons jamais utilisé d’eau micellaire sur notre bébé, ni de lait de toilette, encore moins de parfum… Au quotidien, je viens de te donner tous les produits que nous utilisons 🙂 Nous n’utilisons pas de lingettes non plus, on se balade avec une bouteille d’eau, du liniment dans un flacon de voyage et des cotons réutilisables (comme sur la table à langer, d’ailleurs)

Je voulais aussi te parler des produits « soins » que nous avons. Nous utilisons… Mon lait. En effet, le lait maternel fait des miracles sur tout. Lorsque mon fils avait deux mois il a eu une bronchiolite, qui nous a conduit à passer plus d’une semaine à l’hôpital. A l’époque on faisait selon les recommandations des équipes médicales (qui n’étaient absolument pas pour l’allaitement maternel, mais passons…) et donc les soins de nez se faisaient avec du sérum physiologique, dans les hurlements et en maintenant notre tout petit bébé. Traumatisant pour tout le monde. Dans le même temps, j’ai eu rendez-vous avec ma sage-femme qui m’a rappelé la possibilité de faire ces soins avec mon propre lait… Par la suite, il se débattait encore et le fait d’ailleurs toujours quand on approche de son nez (le souvenir de cette hospitalisation est toujours là…) Mais il n’a pas hurlé avec mon lait. C’est beaucoup moins agressif pour lui, et cerise sur le gâteau, beaucoup plus efficace de mon point de vue. Depuis cette période, à chaque début de nez encombré j’ai utilisé mon lait et à chaque fois, il est soulagé en moins de 48h.
Pour les plaies et bobos du quotidien, j’ai réalisé un baume avec mon lait et de l’huile d’avocat entre autre, qui sert pour toute la famille. A la base, je l’ai fait pour chéri qui souffre de psoriasis et qui est soulagé quand il en applique. Il y a environ dix jours, mon fils est tombé au parc, la tête la première sur le béton. Il s’est éraflé tout le côté du visage et saignait au niveau de la paupière. Dès que nous sommes rentrés je lui ai appliqué le baume. Le lendemain, une croûte était formée, prête à tomber, et le reste du visage n’avait presque plus de trace. Moins de 48h après la chute, il n’y avait plus rien. Pour les recettes à base de lait maternel (baume et savon), j’utilise celles de ce groupe facebook, en adaptant avec ce que j’ai envie d’utiliser et ce que j’ai dans mes placards.

Enfin, même si je ne l’applique pas directement sur sa peau, il me semble important de te parler de la lessive que j’utilise pour entretenir son linge. Je réalise une fois tous les mois/deux mois la recette du livre de la Famille Zéro Déchet qui me sert pour absolument tout notre linge, sans mettre d’huile essentielle car je n’en vois pas l’intérêt. Elle laisse une odeur neutre, de propre, que j’aime beaucoup. Il n’y a que pour les couches lavables que j’utilise la lessive Ariel. J’ai une routine de lavage qui fonctionne et je préfère ne pas la changer pour l’instant, peur des fuites oblige. L’emballage est en carton et un paquet me fait 3/4 mois donc niveau déchet, c’est selon moi raisonnable. Mais je pense qu’en évoluant dans ma démarche, j’en viendrai à essayer de faire autrement… Ou alors mon fils sera propre avant que je sois prête à changer mes habitudes 🙂

Voilà, comme tu peux le voir nous avons le minimum, selon nous, pour notre fils. Et pour tout cela nous avons trouvé des alternatives respectueuses de l’environnement qui nous conviennent. Et toi? Qu’en penses-tu? N’hésites pas à me dire ce que tu utilises en commentaire, j’espère qu’on pourra en discuter. Dans tous les cas je te dis à très vite.

Des bisous,

Elodie.